Archives de Tag: mobile

L’OMS estime que les ondes du mobile sont dangereuses pour la santé

Sécurité – A partir de 30 minutes de conversation par jour, l’Organisation mondiale de la santé estime que le mobile est « peut-être cancérigène pour l’homme ».

Après des années de tergiversations sur le sujet, l’OMS (l’Organisation mondiale de la santé) vient de trancher sur la nocivité supposée des ondes émises par un téléphone mobile. Et la décision risque de jeter un froid puisque ses experts indiquent aujourd’hui que ces ondes sont potentiellement dangereuses et augmentent le risque de tumeur du cerveau.

C’est la première fois qu’une organisation de ce type, composée de scientifiques, confirme la nocivité de ces appareils. Pourtant, jusqu’à aujourd’hui, aucune étude n’a réussi à prouver ce danger.

Pour autant, l’OMS estime que le risque est suffisamment élevé pour classer les champs électromagnétiques émis par les téléphones portables dans la catégorie 2 B, catégorie associée à des risques « probablement » cancérigènes.

« Il peut y avoir un risque, et que nous devons donc surveiller de près le lien entre les téléphones portables et le risque de cancer », commente Jonathan Samet, président du groupe de travail d’une trentaine d’experts de 14 pays.

Principe de précaution

Reste que le discours reste ambigu. Si les scientifiques ont tranché en validant pour la première fois le risque des ondes émises par un mobile, ils appliquent avant tout le principe de précaution. En effet, ils n’apportent pas de preuves permettant d’établir un lien direct entre utilisation du portable et cancer, mais plutôt un faisceau d’indices concordants.

« Les preuves, qui continuent à s’accumuler, sont assez fortes pour justifier » cette classification, a estimé Jonathan Samet qui rappelle que les experts ont étudié toutes les études déjà publiées sur le sujet et ont estimé qu’il existait un lien possible pour les gliomes et les neurinomes (deux formes de cancers du cerveau).

Mais dans l’esprit des consommateurs, le risque est désormais bel et bien validé. Il faudra maintenant savoir si cette décision aura un impact commercial sur les ventes de mobiles et si les fabricants vont renforcer leur communication autour du rayonnement de leurs produits.

Les experts rappellent que le risque existe à partir de 30 minutes de conversation par jour et conseillent donc d’utiliser des kits mains-libres ou de privilégier les SMS…

En France, la Fédération française des télécoms a pris acte de cette décision mais tente de la minimiser. « En choisissant 2B, catégorie qui concerne 266 autres agents dont le café et les légumes vinaigrés, le CIRC indique que le lien entre cancer et ondes radio n’est pas démontré en l’état des données scientifiques acquises. Les ondes radio n’ont aujourd’hui pas la même classification que, par exemple, l’alcool, le tabac et l’amiante (catégorie 1 : « cancérogène »), ni que, par exemple, le trichloréthylène et les fumées des moteurs diesel (catégorie 2A : « probablement cancérogène ») », peut-on lire dans un communiqué.

Et de rappeler que « les opérateurs de téléphonie mobile appliquent, depuis plusieurs années, cette approche de précaution, par exemple en incluant un kit oreillette dans chaque coffret de téléphone mobile ou en informant les utilisateurs sur les précautions d’usage. Ils ont diffusé, à ce jour, leur dépliant sur la santé à plus de 30 millions d’exemplaires ».

En 2009, le Grenelle des ondes, censé trancher sur la question de la nocivité, ou non des ondes mobiles (terminaux et antennes) avait rendu un rapport plutôt tiède sur la question, évitant de se mouiller tant sur la question des ondes que sur celle des antennes.

Plus tard, sur la base des travaux de l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire, le Ministère de la Santé avait indiqué appliquer une approche de précaution au téléphone mobile tout en considérant qu’aucun danger n’avait été établi.

Aux scientifiques de poursuivre leurs recherches pour tenter d’établir si oui ou non il existe un lien direct entre utilisation du mobile et apparition de cancers localisés.

20110603-140205.jpg

Publicités