Cloud computing : 5% des entreprises sont suffisamment matures pour une adoption du cloud privé.

Selon une étude du cabinet Forrester, le désintérêt à l’égard du Cloud Computing diminue progressivement. Mais des freins importants demeurent : la confidentialité des données, la maturité des solutions et leur coût. Les entreprises européennes privilégieraient une architecture privée. Mais l’adoption réclame du temps en raison d’exigences techniques.

Le cabinet a dévoilé à l’occasion d’une conférence du CRIP les résultats comparatifs entre les entreprises américaines et européennes sur l’adoption du Cloud Computing. Début décembre, Forrester avait déjà publié une étude faisant état d’une pénétration croissante du Cloud privé.

Selon Forrester, les entreprises européens manifestent elles aussi un intérêt croissant (mais relatif) à l’égard de l’IaaS (Infrastructure as a Service), défini par l’Afdel comme « la possibilité pour l’utilisateur de bénéficier, à la demande, d’une infrastructure matérielle lui fournissant une capacité de traitement, sans avoir à gérer le réseau en tant que tel. »

Des déclarations d’intention plus favorables en 2010 

Ainsi en 2009, 45% des entreprises interrogées déclaraient n’avoir aucun projet dans ce domaine. Un an plus tard, elles sont 36%. La part des sociétés se déclarant intéressées mais n’ayant aucun projet recule elle aussi de 43 à 38%. Sur la même période, elles sont plus nombreuses à planifier une implémentation (19%, contre 8% en 2009).

Quant aux principales motivations des entreprises européennes à adopter des solutions de type IaaS, il s’agit de la capacité de bénéficier de ressources IT à la demande et extensibles, des améliorations en matière d’administration de l’infrastructure, de flexibilité, mais aussi en termes de continuité d’activité.

Quant à la baisse du coût total de possession des serveurs, elle n’apparait qu’en quatrième position, 58% des entreprises européennes la considérant comme importante ou très importante. Ce facteur d’adoption est considéré comme plus critique par les firmes américaines, qui sont 71% à percevoir ce levier comme important ou très important.

Les entreprises européennes très sensibles aux questions de sécurité et de confidentialité 

En ce qui concerne les principaux freins, c’est sans surprise la sécurité et la confidentialité des données qui arrivent en tête. Cette problématique est une préoccupation pour 58% des entreprises. Forrester ne précise en revanche pas s’il existe des différences selon la taille des sociétés interrogées.

Dans l’étude parue en décembre 2010, le cabinet soulignait que les entreprises de plus de 1.000 salariés étaient plus sensibles (69%) encore aux risques liés à la sécurité et à la confidentialité (contre 59% pour celles de 2 à 999 salariés).

Mais les entreprises européennes mettent directement en cause la fiabilité et la performance des offres Cloud de type IaaS. Elles sont ainsi 31% à les juger encore trop peu matures. 31% estiment qu’elles sont trop coûteuses (31%) par rapport à un existant – et 13% ajoutent que les performances ne sont pas suffisantes. Pour les prestataires, les conclusions sont donc sévères.

Standardisation et automatisation de l’IT requises par le Cloud privé

Pour répondre à ces enjeux, les entreprises européennes se montrent sans surprise plus intéressées (53%) par les infrastructures en Cloud privé. C’est très nettement plus que pour les sociétés nord-américaines (38%).

Celles-ci sont plus intéressées en revanche par des approches de typesCloud public et hybride (combinant des serveurs hébergés et locaux, ou des serveurs locaux combinés à une infrastructure en Cloud public). Mais les différences sur ces architectures avec les entreprises européennes sont toutefois faibles.

Pour autant, en dépit de l’intérêt des entreprises européennes à l’égard du Cloud privé, peu d’entre elles sont techniquement prêtes pour une adoption de ces technologies.

Seules 5% des entreprises remplissent les pré-requis selon Forrester – c’est-à-dire des procédures opérationnelles standardisées, un déploiement et une administration totalement automatisés, un kiosque self-service ou d’orchestration pour les utilisateurs et une infrastructure commune aux différents métiers de l’entreprise.

source: zdnet


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :